Contenu

Année 2010


Découverte de la réserve écologique des Maillys, 27 octobre 2010

jpg - 48.5 ko
Observateurs en action... (photo : A.Rougeron)

Dans le cadre d’un marché d’interventions pédagogiques passé entre le Conseil Général de la Côte-d’Or et la LPO Côte-d’Or, deux animations ont été effectuées le mercredi 27 octobre à la réserve écologique des Maillys dans le val de Saône.

Cette zone humide artificielle, propriété du Conseil Général de la Côte-d’Or, a été créée au début des années 90 quand la construction de l’A39 a nécessité l’excavation de granulats à proximité de la future voie. Depuis, la réhabilitation éologique des lieux et l’implantation d’un observatoire en ont fait un coin bien connu des ornithos locaux, surtout pour l’hivernage des canards (dont le Garrot à oeil d’or et le Canard siffleur).

18 personnes ont participé à la sortie du matin, qui était destinée aux adhérents de la LPO Côte-d’Or, tandis que 9 participants étaient présents à celle de l’après-midi.

La diversité des oiseaux d’eau migrateurs était malheureusement très faible sur le site et seules les espèces les plus communes ont pu être notées : Canard colvert, Fuligules morillon et milouin, Sarcelle d’hiver, Foulque macroule, Grand cormoran, Grèbe huppé, Cygne tuberculé, Héron cendré, Grand Aigrette, Poule d’eau...

Les participants ont ainsi eu tout le temps de faire un tour de la réserve et de profiter de l’observatoire, ouvert pour l’occasion, dans lequel de nombreuses photographies et panneaux explicatifs retracent l’historique du site.

Nul doute qu’avec les premiers coups de froid du mois de novembre, les espèces de canards nordiques ne devraient plus tarder à arriver, pour ravir les observateurs comme chaque hiver !


 

 

À la recherche des Cigognes noires au lac d’Orient, septembre 2010

 

A six heures, dans la fraîcheur de fin de nuit nous sommes partis rejoindre les environs du Lac d’Orient pour apercevoir la Cigogne Noire.

Après une halte technique à Châtillon-sur-Seine, c’est avec enthousiasme que nous sommes arrivés, à une vingtaine d’ornithos décidé(e)s, dans la forêt du Temple. Après une petite marche de mise en train, c’est sur les bords du Lac d’Auzon-Temple que nous aurons le plaisir d’observer un groupe de cigognes noires fouillant les bords vaseux.

Et de fil en aiguille, le reste des habitués de ce lieu, grâce à la lumière de cette magnifique journée, se sont laisser observer pour notre plaisir.

Bien sur, après avoir contourné une partie de ce lac, nous avons arpenté les bords du grand Lac d’Orient, qui malheureusement envahit de touristes venus profiter de la journée, nous a laissé sur notre faim, récompensé plus tard par l’observation d’un Héron garde-bœuf.

Ce fut une belle et bonne journée, plein de bonne humeur.

Listes des espèces contactées :
Cigognes noires, Chevaliers gambette, aboyeur, cul blanc, guignette, arlequin, Grèbes castagneux ; Grèbes huppés, Bécassines des marais, Balbuzard pécheur, Buses variables, Courlis cendrés, Vanneaux, Oies cendrées, Busards st martin, Mouettes rieuses, Goéland leucophé, Fuligules milouins, Busards des roseaux, Cygnes tuberculés, Foulques, Aigrettes garzettes, Grandes aigrettes,
Martin pécheur, Hérons cendrés, Héron garde bœuf, Cormorans, Pinsons des arbres, Mésanges charbonnières, Mésanges bleues, Sitelles torchepots.

 

 

Week-end naturaliste dans le Jura, juin 2010

C’est par un beau temps ensoleillé que nous nous retrouvâmes à quatorze observateurs à Lelex dans le Haut-Jura, le 26 juin. Dès 8 heures 30, nous montâmes en direction du col de Crozet. Ce fut l’occasion de contacter le Cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes) et d’admirer une flore superbe à cette époque de l’année. La liste serait trop longue ici mais nous pouvons citer la Spirée barbe de bouc (Aruncus dioicus), l’Ancolie nourâtre (Aquilegiz atrata), le Rosier des Alpes (Rosa pendulina), la Grassette à grandes fleurs (Pinguicula grandiflora), les trolles (Trollus europaeus), l’Orchis lâche (anacamptis laxiflora), viola calcarata, le Pigamon à feuilles d’ancolie (Thalictrum aquilegüfolium) tantôt blanc tantôt rose.



En atteignant l’alpage ce fut intéressant d’observer un groupe de Venturons montagnards (Serinus citrinella) ainsi que des Traquets motteux (Oenanthe oenanthe) se trouvant tous les deux dans leur biotope. On trouve ce petit fringillidé qu’est le venturon montagnard dans les milieux dégagés, les prairies. C’est une espèce des lisières, des prés. En approchant du but nous avons pu remarquer la queue cunéiforme des Grands corbeaux (Corvus corax). Dans l’effort de la montée nous pûmes admirer la Campanule en thyrse (Campanula thyrsoïde).



La montagne nous a offert un beau décor et c’est près du lac que nous avons pic niqué après une ascension ardue, le réconfort s’imposait Le courage fut récompensé par la vue grandiose sur les Alpes. Nous sommes alors à 1485 mètres d’altitude.



En redescendant deux Aigles royaux (Aquila chrysaetos) nous ont survolé tandis que nous prêtions attention aux Orchis grenouilles (coeloglossum viride). Bien sûr Mésanges huppées et roitelets ont été contactés. La troupe a réussi à rejoindre le gîte « La Chantournerie » sains et saufs malgré quelques douleurs. Les plus acharnés purent admirer un couple de Bouvreuils pivoine (Pyrrhula pyrrhula) ainsi que des bergeronnettes nichant à proximité et nourrissant. Après le dîner un petit groupe pu observer le long de la Valserine le Cincle plongeur (cinclus cinclus) sous les cris des hirondelles et des martinets. Une Pie-grièche écorcheur (lanius collurio) perchée s’activait encore.



Une nuit réparatrice et le dimanche nous partîmes à la recherche de la Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris) vers le lac des Rousses. Nous la trouvâmes grâce à son chant, un charmant pot- pourri d’imitations d’autres passereaux qui nous permit de la différencier de la Rousserolle effarvate.



Milieu tourbeux favorisant une flore intéressante, ce fut l’occasion de découvrir pour certains le drosera, plante carnivore. Nous pouvons ajouter de belles prairies avec le Lychnis floscuculi, fleur de coucou, la Renouée bistorte (rose) (polygonum bistota), la Benoîte des ruisseaux (Geum rivale), le Dactylorhiza maculata. La linaigrette très présente dans ce milieu apportait ses beaux plumets blancs. Nous pouvons noter également l’Orchis incarnat et la Potentille dressée (Tormentille). Côté oiseaux, nous observons ici des Mésanges huppées (Parus cristatus), des Mésanges noires (Parus ater), des Grives draines (Turdus viscivorus) et entendons des Mésanges boréales (Parus montanus).



Ensuite, nous nous dirigeâmes dans la forêt du Risoux sur la route forestière de la Combette aux quilles. Plusieurs haltes nous ont permises de mettre dans les longues-vues de magnifiques Becs-croisés des sapins (Loxia curvirostra), de quoi satisfaire chacun. Ce fut encore l’occasion d’herboriser : l’Orchis globuleux (Traunsteinera globosa), Orchis vanille nigritelle (gymnadénia rhellicani), Raiponce orbiculaire, Sceau de salomon verticillé, Grande astrance, Calament des Alpes.

Cathy & Paul CONIAU